Un mot pour y croire mpb
Ecrire et photographier l'instant. Séquence évasion, Amicalement vôtre Tous droits réservés mpb

Thèmes

amis amitié amour animaux arts auteur auteurs blogs bretagne chats choix ciel

Rubriques

>> Toutes les rubriques <<
· Amitié (93)
· Animal (63)
· Animaux (22)
· Aquatique (42)
· Arbres (26)
· Articles (8)
· Aviation (3)
· Bretagne (7)
· Chats (40)
· Chiens (13)
· Chiens (6)
· Ciel (44)
· Cinéma (6)
· Clin d'oeil (165)
· Confiance (52)
· Conseil (3)
· Cuisine (4)
· Ecriture (112)
· émails (14)
· Etourderies et gaffe (4)
· Fables (46)
· Femmes (53)
· Floral (94)
· Forêt (56)
· Histoires brèves (58)
· Hommes (12)
· Humanité (69)
· Insectes (64)
· L'aube (22)
· La bohème (51)
· La demeure (11)
· La trahison (0)
· Le jardin (47)
· Lettres (20)
· Lettres (2)
· Livres (8)
· Nature (81)
· Nature (9)
· Nouvelles (16)
· Océan (2)
· Oiseaux (10)
· Oiseaux (2)
· Papillon (46)
· Pensées (8)
· Pensées (6)
· Photographie (13)
· Photographies (2)
· Poème (19)
· Portraits (29)
· Préférences (40)
· Punition (2)
· Remerciements (2)
· Remerciements sincères (1)
· Repas (4)
· Rêve (7)
· Roman (1)
· Sentimental (100)
· Sentimental (2)
· Sportive (4)
· Temps (12)
· Terrestre (32)
· Une larme (11)
· Végétal (25)
· Véhicule (1)
· Visiteurs, visiteuses (1)
· Vitalité (7)

Rechercher
Derniers commentaires Articles les plus lus

· Paysage enchanté
· La jalousie
· La tristesse
· Sous bois
· Seringua

· Fantastique
· Neige en sous bois
· La voiture
· La plus belle des déclarations d'amour
· Pomme, pour un teint de pêche
· La nuit tous les chats sont gris!!
· Une belle journée
· Le déversoir
· Le vieux cageot servait de berceau
· Cabane au bord de l'eau

Voir plus 

Abonnement au blog
Recevez les actualités de mon blog gratuitement :


Blogs et sites préférés

· chezsarah737
· lapetitefouine
· ninette1
· philine


Statistiques

Date de création : 19.03.2011
Dernière mise à jour : 01.03.2015
1919articles


Fin

Publié le 01/03/2015 à 12:06 par mpb Tags : merci auteur blog nature photos mots philo prose

merci de votre passage.

mpb



Au mirage d'un jour d'absence en absence

Au mirage d'un jour d'absence en absence

Vous parlez d'un velours au souvenir entier qui se traîne, comme blessé de votre absence à la laine d'un temps, forcément, à jamais différent.

Et avancer encore dans un ultime effort vous rendant hommage de tous ces torts qui déménagent, les vies.

En accord avec l'esprit, le reste du corps suit, ni remord, ni regret, ne viendront prendre effet, d'un marbre de tristesse.

  L'absence en elle même suffit, laissant à jamais, une empreinte qui blesse, d'une monotonie, d'adresse, sur le film des jours sans tes yeux pour amour.

Tout s'enlace d'un parfum  de parme à la trame d'un coeur qui remercie la vie d'un uni.

Ne pouvoir en supporter d'avantage, et fermer le livre d'images pour ce souvenir, de son propre coloriage.

 Gâché d'avoir trop aimé, sage, vrai de son otage sillage. 

Penser avec raison, n'est pas le propre de la passion, et pourtant, de son violon, assouplir son diapason pour ne pas pâlir, l'extase, d'un mal de possession,

s'oublier à mourir, pour mourir d'aimer, inouïe, de trop belles pensées.

Et regarder les fleurs de leur chaude ardeur, vous les offrant de yeux, et se nourrir d'un voeu, celui de rendre astucieux les jours.

De chez vous, de chez moi tout s'enlace d'une émotion de vie, rien n'est indifférence, de cette étreinte, entente, à jamais, chérie.

Auteur mpb

Un grain de sable

Publié le 21/02/2015 à 14:35 par mpb Tags : soi création coeur monde vie artiste nature fleurs pensée cheval poème
Un grain de sable

Le petit grain de sable dans un égarement familier, égérie de sa propre pensée, regardait le monde en s'égosillant, désabusé, devant cet ego qui lui donne ce droit comme à toi, d'écrire, par fois, d'un, ' je' aux ruines mêmes, de ces temps scabreux.

C'est vrai, il cachait sa laine présomptueuse d'un entrain, restant bien à sa place au bruissement des chaussures, qui simplement passent, et murmurent.

Égoïste, il ne savait l'être plus que toi, Être.

Passant modestement sa vie à donner du bonheur aux amours de son coeur.

Gaie, au pinson, lui aussi, chantait sa chanson, sans attendre qu'on lui offre ce droit d'une partition à la joie.

Dans ces histoires, il ramenait à lui, l'ensemble, car pour lui, ce qui arrivait aux autres, le concernait aussi, si bien, qu'il ne précisait rien au chemin de la vie.

Libre dans sa tête, de cet endroit à naître, pour renaître, nonchalamment, il inventait, courtisait les mots, contre les maux pour galvauder l'idéal, d'un cheval au galop, peut importe l'ego ? Qui de son egnisse grondement, le ramènerait à tout, évidemment.

Le temps de ces humeurs déclamait sa rugueur, le noyant à souhait aux autres lieux d'un trait. Cela lui allait, aux vieilles granges, d’un vieil effet.

Nos vies sont des tableaux complexes, d’envies, de vilains, de détresses, pas besoin de précisions pour inventer sa chanson.

D'un râteau qui balaie, d'une pelle d'un saut, il savait disparaître, aux bêtises perplexes.

Sans haine, sans mal, sans jugement capital, il avançait sa dégaine sous bien des rengaines, tendres, perdues, ou lointaines, mais en paix d’une ligne, d’un poème.

S’attribuer, un dénigrement n’est il pas cet ego désireux, pour nuire à la poire, tomber de l’arbre qu’on écrase d’un vœux, caché derrière, un pied qui boute, qui choute, l’ aventureux  ? Concernant un altruisme de cœur, d’une nature au verger en fleurs qu’il souhaitait rester, en profondeur.

Le monde  egnisse d’une fronde, rattrapait sa ronde, le voyant à peine, avançant de son tandem.

Après tout, demain sous une roue, bordant un parterre, il rayonnait de sa petite misère.

Car le monde est un tout, de ce nous qui grince partout, d’une folie de sel fie, nous mirant dans nos glaces pour se donner dans un face à face, un petit bonheur pour préface. Et pourquoi pas?

Pour définir quelqu ‘ un sans le connaître bien, ne faut il pas avoir un grain de sable luxueux d’un dédain, en étant soi même, imbus de son crin.

Promis, sable je resterai, d’un je, qui se nome tout, pour se terminer en un nous, de tolérance, à la création.

Libre d'expression, l'écrivain, le poète osent, une mutation, écrire pour léçon au chemin si long de la vie, son humble envie.

Mea culpa, tous si petits.

Auteur mpb

 

Anniversaire

Anniversaire

Au couloir du temps se perd les pensées,

les souvenirs joyeux qui maintenant, traversaient, tant d’épreuves, et tout se meurt, en vie, dans un capital d’ivresse folie, emmitouflé sous un monde de détresse.

Et s'acharne le temps thérapeutiquement, au coeur meurtri des gens, perdus ou évadés aux lunes déchirées, de moitié.

Auteur mpb

Des nuages, maman

Des nuages, maman

Aux nuages donnent lui du courage, en cet anniversaire qui vient à grands pas, du péril de l'absence qui ne lui rendra pas, son fils à jamais, évadé au royaume céleste, ne finissant pas avec  sa détresse.

Pleure maman lui crie le vent, pardonne moi, de n'avoir pas vu tes larmes, avant ce geste de désespoir qui pris mon destin dans ce noir.

Oh ? Maman, je suis par tout maintenant, tout autour de toi, dans chacun de tes pas, sous l'ombre discrète, du néant, je soutiens ton temps.

Oh ? Maman, pardonne moi de t'avoir oubliée, seule, dans ta destinée.

De là-haut ta solitude m'écrase, pardonne moi d'avoir perdu espoir aux rancunes de la vie, quand tout s'assemble d'un quai de brume, infini.

En ayant tout perdu, pourquoi ? N’ai je pas vu, qu'il me restait encore, un amour au décor;

Aujourd'hui, ta peine remplit l'espace, bien que sous ce masque ta dignité efface, par un sourire, les traces de ton effroyable chagrin.

Toi tu n'oublies rien, d'hier, de demain, toujours à jamais, tu me tiendras la main.

Sous le rayon de lune, apaisant je m'approche, ne sens tu pas ma mère ce baiser sur ta joue qui vient à bout, de tout, pour soulager un instant ta peine, encore pardon maman, je t'aime.

Bientôt, ton visage près du mien, ton chemin s'accomplira, ton errance finira,  maman ne pleure pas, regarde! je suis de nouveau là, à te tenir le bras.

A Jeanne

Auteur mpb

La douleur

La douleur

Où que soit la douleur, elle mérite cette compassion, d'une larme de coeur.

Auteur mpb

L a vie nous en impose

Publié le 10/01/2015 à 12:56 par mpb Tags : paix rose poetesseensemble caractere choix voie voix ligne sincere droit humanité livre vie homme
L a vie nous en impose

 

La vie nous en impose de ces drôles de choses, devant lesquelles l'impuissance soudain se noie d'un curieux désarroi. Et pourtant avancer de son livre d'existence oubliant, de mourir, pour une blague, un éclat de rire, sans offense à autrui, juste mettre dans l'homme cette humilité nécessaire à la vie, par le talent de ces artistes inscrit aux lignes de nos partages.

mpb

Un crayon pour consciences

Publié le 10/01/2015 à 12:20 par mpb Tags : charlie je suis enfin vivre paix rire fantaisie charme poésie pensées fruit destinée rega humour vie nuit

C crayon

H humour

A artistes

R rire

L liberté

I inventif

E esprit

Un crayon pour humour aux artistes du rire, dans leur liberté inventive de penser en esprit libre.

Sans humour, la vie se traduit d'une nuit sans fin.

mpb

 

Souvenir

Publié le 19/11/2014 à 12:58 par mpb Tags : vie vivant heures conte soin chat chien prose rose
Souvenir

D'autrefois.

Auteure mpb

Rencontre d'hier

Rencontre d'hier

Patience, me disait son regard, en dégustant sur l’asphalte, quelque chose que je ne pouvais voir.

Alors, nous avons attendu, quelques minutes de plus, le laissant finir en paix son déjeuner, d'un parfait, de respect.

Puis, d'un bruissement d'ailes il se posait plus loin, nous dévisageant de son bel entrain.

Auteur mpb


DERNIERS ARTICLES :
Fin
merci de votre passage. mpb
Au mirage d'un jour d'absence en absence
Vous parlez d'un velours au souvenir entier qui se traîne, comme blessé de votre absence à la laine d'un temps, forcément, à jamais différent. Et avancer encore dans un u
Un grain de sable
Le petit grain de sable dans un égarement familier, égérie de sa propre pensée, regardait le monde en s'égosillant, désabusé, devant cet ego qui lui donne ce droit comme
Anniversaire
Au couloir du temps se perd les pensées, les souvenirs joyeux qui maintenant, traversaient, tant d’épreuves, et tout se meurt, en vie, dans un capital d’ivresse folie, em
Des nuages, maman
Aux nuages donnent lui du courage, en cet anniversaire qui vient à grands pas, du péril de l'absence qui ne lui rendra pas, son fils à jamais, évadé au royaume céleste, n